Selon Hermann Kaestli, le directeur adjoint de la douane suisse et qui représentera son pays à la table des négociations, l’introduction de la mesure provoquera des files aux postes frontières de la Confédération et de l’UE. La mesure concerne les containers maritimes. Les cargaisons transportées par route devraient être notifiées une heure à l’avance, le fret ferroviaire deux heures à l’avance. Kaestli soulligne que la Suisse préférerait ne pas être soumise à cette obligation de notification préalable, ce qui signifierait que l’UE considérerait les contrôles suisses comme aussi sûrs. Les premières négociations débuteront au mois d’août.