Les parlementaires européens se sont prononcés pour la libéralisation à 512 voix pour, 156 contre et 18 abstentions. La proposition adoptée est un compromis qui accorde une période de transition plus longue à certains Etats membres dans des cas exceptionnels (la pérénité du service postal universel). Ils seront obligés de libéraliser le marché postal d’ici 2013. Il s’agit surtout de nouveaux Etats membres, d’Etats membres avec un territoire restreint et un nombre limité d’habitants et d’Etats membres présentant une topograhpie difficile comme la Grèce avec ses multiples îles.