Sur base du calcul de la "capacité intérieure brute de transport" (CIBT), qui englobe l’ensemble des capacités des infrastructures de transport néerlandaises et leur affectation, il s’avérerait que les Pays-Bas n’utilisent que 1,2% de cette capacité.

L’affectation de la capacité se concentre plus particulièrement aux heures de pointe et sur le rail et la route. "En dehors de ces heures et modalités, il y a suffisamment de capacité", estime Zsolt Szabo, le vice-président de Capgemini Pays-Bas.

Il estime qu’investir de l’argent et de l’énergie dans de nouvelles route est insensé, "des investissements énormes étant nécessaires qui ne génèrent qu’un rendement moyen peu élevé. Il s’agit en effet d’une solution à un problème qui ne se manifeste qu’aux heures de pointe". D’autres solutions, comme une taxe kilométrique, font également l’objet de critiques dans le rapport.

(voir LL 15/06/07)