Les organisations ferroviaires en question soulignent qu’une telle adaptation est plus efficace au niveau des coûts que des investissements dans des mesures passives de réduction des nuisances sonores comme des parois anti-bruit.

(voir Le Lloyd du 08.08.07)