La directive européenne a uniquement trait à la gestion écologique des eaux et non pas aux rives. Lors des négociations sur la formation du nouveau gouvernement, certains négociateurs – le Liégeois Didier Reynders en tête – ont toutefois exigé que les rives – et donc les installations portuaires – soient également reprises dans la nouvelle législation belge. Ceci permettra d’intégrer le Port Autonome de Liège et le port de Bruxelles dans la ‘Flanders Port Area’, qui deviendra donc, d’ici 2010, ‘Belgian Port Area’.

Selon nos informations, le CD&V obtiendrait en contrepartie le portefeuille de ministre de la Politique portuaire et des Voies navigables. Selon un document qu’un vent favorable à fait parvenir à notre rédaction, le poste irait à Etienne Schouppe, ce qui explique pourquoi cette grosse pointure du parti démocrate-chrétien s’est contenté, dans le gouvernement Leterme I, de la fonction de secrétaire d’Etat à la Mobilité. Si le gouvernement survit l’échéance électorale de 2009, le mandat de Schouppe sera donc sensiblement étendu.