L’intégration de Wilson a fait passer l’expédition "air & sea" à la première place dans les activités du groupe français, avec plus de 35% du chiffre d’affaires. Les activités de messagerie/groupage sont presque au même niveau et la logistique se situe à 16%, tandis que l’activité route n’est plus qu’à 11%.

Selon Blayau, toutes sortes de nouvelles contraintes (développement durable, sûreté, etc.) font que, plus encore qu’auparavant, la taille de l’entreprise deviendra importante. Apparemment, Geodis se pose surtout des questions quant aux activités dans le transport de produits chimiques (mais elles se posent également au niveau du general cargo). En clair: Blayau se demande si la division route doit être vendue et si oui, en tout ou en partie.

Grâce à l’acquisition de Wilson, le chiffre d’affaires de Geodis a augmenté au premier semestre de 22,1%. A périmètre comparable, la croissance a été de 4,1%. Le résultat opérationnel a augmenté de 10%, mais compte tenu des frais d’intégration de Wilson, il a baissé de 21,6 à 14,2 millions d’euros.

(Voir LL du 01.08.07 et LL du 04.08.07)