Ron Widdows, le CEO d’APL, a demandé aux responsables politiques présents d’investir massivement dans la capacité, mais les documents et pourparlers à Sofia ont révélé qu’une élimination complète de la congestion n’est pas faisable. Réduire les effets négatifs est possible moyennant une approche globale, c’-à-d holistique et internationale. Une meilleure gestion des flux de trafic et des réseaux et une tarification adaptée pour l’utilisation de l’infrastructure doivent aller de pair avec de nouveaux investissements dans la capacité et une coopération internationale visant à faciliter le commerce, par exemple via l’élimination de goulets d’étranglement administratifs et de la perte de temps aux frontières. (voir LL du 01/06/07)