Les opérateurs concernés réclament l’abandon du tonnage brut pour le calcul des droits de ports. Au sein de Eurocag, on est enclin, pour le court terme, à adopter une approche pratique, en vigueur en France, où le calcul est basé sur les caractéristiques du navire (longueur hors tout, largeur et tirant d’eau).

Les efforts du groupe portent également sur la nécessité de permettre aux capitaines d’obtenir, après examen et en fonction de routes et de ports spécifiques, un “Pilotage Exemption Certificate” (PEC), sans devoir subir l’obligation de connaître les langues locales.

Le groupe d’action soutient également l’idée de procédures douanières simplifiées.

(voir LL 18/04/07)