Selon un représentant de Nordea Bank, il est plus tenable de devoir payer aujourd’hui plus de 100 millions d’USD pour une unité panamax qui a été construite pour 36 mio. d’USD il y a quatre ans. Une correction des prix est inéluctable et on peut se poser la question de savoir quel sera le prix de marché une fois que les vraquiers dont les armements ont passé commande, feront leur apparition sur le marché dans deux à trois ans.

La construction navale continue à offrir des conditions attrayantes pour attirer des commandes. Au Japon, la capacité de construction navale se maintient à un niveau élevé, tandis qu’elle continue à croître en Corée du Sud et que la Chine jette un nombre croissant de chantiers dans la bataille concurrentielle internationale.